Traitement par la réflexologie plantaire des paresthésies et des spasmes qui affectent les patients atteints de sclérose en plaque (SEP)

Source : Par DRORA SHNKED Israël (à préciser) cf Point réflexe n° 9

Traduit par ?

  • Israël
  • 36 patients

Généralités

La SEP est une maladie neurologique chronique caractérisée par la destruction ou la perte de myéline dans le cerveau et la moelle épinière.

La fréquence de la SEP est de 50 à 100 pour 100 000 personnes. La SEP apparaît particulièrement chez les jeunes adultes et perturbe la qualité de vie et l'activité quotidienne. Parmi les symptômes majeurs invalidants, on trouve la paresthésie (déficit sensoriel), les spasmes et les dysfonctionnements de la vessie.

Le traitement médical actuel consiste essentiellement en soins pharmacologiques et en rééducation.

 

Méthode

L'étude clinique a été réalisée sur deux groupes: 36 patients, atteints de SEP, venant du Centre Médical de Sheba en Israël, ont été divisés, au hasard en deux groupes : un groupe d'étude et un groupe de contrôle (placebo).

Les évaluations cliniques ont été réalisées avant et à la fin de la période de traitement et comprenaient :

  • évaluation des déficits sensoriels par l'échelle analogique visuelle (EAV)
  • évaluation des troubles urinaires selon la méthode de l'Association Urologique Américaine (AUA)
  • évaluation du tonus spasmodique et du tonus des muscles (psoasiliaque, quadriceps, tendons et muscles adducteurs) respectivement selon Ashworth Score et le Conseil-de Recherche Médicale Britannique e(CRMB).

Modalité des traitements

Les patients du groupe d'étude ont reçu, une fois par semaine, pendant 11 semaines, une séance de réflexologie de 45 minutes. Les patients du groupe de contrôle placebo ont reçu, pendant la même durée et à la même fréquence, des massages , sans spécificité, des membres inférieurs.

 

LA REFLEXOLOGIE TRADITIONNELLE :

Le traitement par la réflexologie plantaire traditionnelle, avec action sur des points et zones réflexes spécifiques, a été choisi selon les symptômes.

Zones et Points réflexes utilisés :

Cerveau, glande pinéale, hypothalamus, hypophyse, thyroïde, moelle épinière, plexus solaire, foie, rate,

surrénales, pancréas, reins, urètre, vessie, valvule iléocaecale, sigmoïde, système lymphatique.

 

Remarques importantes :

La séquence selon laquelle les points ont été traités fut décidée par le réflexologue . L'orientation du traitement changeait suivant les besoins.

 

LA REFLEXOLOGIE ACTIVE (TAR)

En TAR, contrairement à la réflexologie traditionnelle, c'est le patient (et non le thérapeute) qui initie lapression, selon sa force et sa capacité, contre le pouce du réflexologue.

Zones et Points utilisés dans le TAR :

Thyroïde, foie, rein, rate, valve iléocaecal , sigmoïde, vessie et sphincter.

Le déroulement séquentiel des séances a été aménagé selon le besoin et les symptômes manifestés.

En raison des lésions plus ou moins avancées du système nerveux central, la faculté motrice et/ou la coordination des patients atteints de SEP est diminuée ou perdue.

Ils ressentent donc un blocage entre la tête et l'extrémité des membres inférieurs. Ceci explique l'importance de l'utilisation de la TAR. Le patient atteint de SEP arrive à se connecter avec ses membres inférieurs et activer les centres moteurs de leur cerveau. C'est la raison pour laquelle le TAR a été choisi comme méthode de traitement.

 

Résultats

Sur 36 patients choisis, 27 ont terminé l'étude. La variation démographique des patients est démontrée dans le tableau n° 1. Statistiquement il n y avait aucune différence entre les deux groupes.

Après 11 semaines de traitement, 60% des patients du groupe d'étude présentaient une amélioration de leurs déficits sensoriels (paresthésie), contre seulement 20% dans le groupe de contrô1e (p=0.09).

Les symptômes urinaires se sont améliorés dans 55% des cas du groupe d'étude et dans 18% de ceux du groupe de contrôle : (p=0.08).

L'amélioration atteignait une baisse de deux points au moins dans l'intensité de paresthésie et de quatre points au moins dans les cas de troubles urinaires L'amélioration la plus significative a été constatée dans la réductions des spasmes et la huasse du tonus musculaire des patients qui suivaient le traitement par la réflexologie.

Le tableau 2 donne la mesure des résultats, dans les domaines de l'intensité de paresthésie, des symptômes urinaires, de la force musculaire et des spasmes. Ce tableau compare les mesures pratiquées au départ et à la fin de l'expérience menée sur les deux groupes. Comme indiqué, les résultats les plus significatifs d'amélioration ont été observés dans le domaine des spasmes et du tonus musculaire.

La réflexologie s'est avérée très efficace en ce qui concerne la réduction des spasmes et les progrès de la force et du tonus musculaire. Elle s'est montrée efficiente sur le plan de la diminution des troubles sensoriels et urinaires. On n'a noté, par contre, aucun effet positif sur les symptômes chez les patients appartenant au groupe de contrôle (placebo).